Que dit la loi ?

LOI du 22 juillet 1992,

portant réforme des dispositions du Code Pénal

  • les violences ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente constituent des crimes
  • création du délit spécifique de violences conjugales, ainsi si des violences sont commises par le conjoint ou le concubin et même si elles n'ont pas entrainé de jours d'ITT (incapacité totale de travail), elles sont passibles du tribunal Correctionnel
  • circonstance aggravante du fait de la qualité de conjoint ou de concubin
  • introduction du délit de harcèlement sexuel au travail

 

LOI du 4 mars 2002,

relative au nom de famille et à l'autorité parentale :

  • renforcement du principe de la coparentalité, exercice conjoint de l'autorité parentale déjà prévue par la loi de 1993 quelque soit la situation des parents : mariés, concubins, divorcés ou séparés
  • remise en cause possible de l'autorité parentale dans l'intérêt de l'enfant
  • le droit de visite et d'hébergement d'un parent privé de son autorité parentale ne peut être refusé que pour motifs graves art 373-2-1 du CC

Il est donc important de saisir au plus vite le Juge Aux Affaires Familiales (Tribunal de Grande Instance) afin qu'il statue sur les modalités d'exercice de l'autorité parentale.

 

LOI du 26 mai 2004

relative au divorce :

  • mise en place au civil pour les couples mariés de mesures d'éloignement du conjoint violent, avant l'engagement d'une procédure de divorce, l'époux victime de violences conjugales peut saisir en urgence le JAF pour demander l'éviction de son conjoint : obtention de la résidence séparée et attribution du domicile conjugal

 

LOI du 12 décembre 2005,

relative au traitement de la récidive des infractions pénales :

  • facilite au pénal les mesures d'éloignement du conjoint violent du domicile conjugal
  • l'éviction peut se faire à tous les stades de la procédure pénale avec la possibilité d'une prise en charge sanitaire, sociale ou psychologique

 

LOI du 4 avril 2006,

renforçant la prévention et la répression des violences au sein du couple ou commises contre les mineurs :

  • aligne l'âge légal des femmes pour se marier sur celui des hommes : 18 ans au lieu de 15
  • élargit la notion de couple incluant le mariage, le PACS et le concubinage
  • élargit le champ d'application de la circonstance aggravante à de nouveaux auteurs : partenaire (PACS) et ex conjoint, à de nouvelles infractions : meurtres, viols, agressions sexuelles
  • reconnaît le viol entre époux à l'art 222-22 al 2 du Code pénal
  • facilite l'éloignement de l'auteur des violences du domicile de la victime
  • élargit l'éloignement de l'auteur en étendant l'interdiction du domicile à tous les stades de la procédure pénale aux personnes liés par un PACS ainsi qu'aux « ex » avec une sanction immédiate en cas de non respect de cette interdiction

 

LOI du 5 mars 2007,

relative à la prévention de la délinquance :

  • prévoit comme peine possible le suivi socio judiciaire lorsque l'infraction est commise par le conjoint, le concubin ou le partenaire de la victime ou par son ancien conjoint, concubin ou partenaire

 

LOI du 9 juillet 2010,

  • relative aux violences faites spécifiquement aux femmes, aux violences au sein du couple et aux incidences de ces dernières sur les enfants :
  • crée l'ordonnance de protection pour les victimes de violences conjugales en cas de péril imminent et la sanction de sa violation
  • le retrait de l'autorité parentale pour les personnes condamnées comme auteur, co-auteur ou complice d'un crime sur la personne de l'autre parent
  • définit le délit de harcèlement moral au sein du couple => violence psychologique
  • établit le mariage forcé comme circonstance aggravante en cas de violences exercées contre une femme qui refuserait l'union qu'on lui impose

 

LOI du 4 août 2014,

  • créations ou modifications de certaines infractions liées au harcèlement
  • l’ordonnance de protection renforcée : une protection des victimes, même sans dépôt de plainte, intervenant plus vite, durant plus longtemps et couvrant mieux les enfants (article 515-9 à 515-13 du code civil)
  • le téléphone portable grave danger généralisé pour protéger les femmes en grave danger victime de violences conjugales ou de viol (art 41-3-1 du code de procédure pénale)
  • la médiation pénale strictement limitée pour les violences conjugales, elle n’est désormais possible qu’à la demande expresse de la victime (article 41-1 du code de procédure pénale)
  • le maintien à domicile de la victime privilégié : la règle est désormais l’éviction du conjoint violent du domicile dans le cadre d’une procédure pénale
  • l’autorité parentale de l’auteur d’un crime ou délit sur l’autre parent ou son enfant, systématiquement mise en question par la justice (articles 221-5-5 et 222-48-2)
  • la création d’un stage de responsabilisation destiné aux auteurs de violences conjugales pour prévenir la récidive
  • de nouveaux droits et une protection renforcée pour les femmes étrangères victimes de violences
  • une obligation de formation initiale et continue pour tous les professionnels en contact avec les femmes victimes de violences

Loi pour l'égalité réelle entre les hommes et les femmes du 4 août 2004

 

LOI du 14 mars 2016, relative à la protection de l'enfant art.25,

Le retrait de l'autorité parentale peut être décidé en cas:

  • de condamnation pénale de l'auteur pour un crime ou un délit commis à l'encontre de la mère ou de l'enfant
  • en dehors de toute condamnation pénale, lorsque l'enfant est témoin de violences conjugales, qu'elles aient un caractère physique ou psychique.

 

 

Vous souhaitez nous parler anonymement de votre situation?

Rencontrons-nous dans une de nos permanences ou appelez-nous

 

SOS Femmes Vendée

BP 712

85017 LA ROCHE SUR YON

 

 

Gestion de la page en cours